Etude: Le chauffage au bois attire les ménages français

Des équipements de chauffage à haute performance environnementale, des combustibles presque standardisés et de bonne qualité, une chaleur naturelle agréable et écologique, une facture de chauffage super compétitive (par rapport à l’électricité, au fioul et au gaz), il n’en fallait pas plus au chauffage au bois pour séduire de plus en plus de ménages français.

Selon une récente étude de l’ADEME, le chauffage au bois a connu une progression de près de 25% entre 2009 et 2013, passant de 5,9 millions de ménages français à 7,4 millions aujourd’hui. Cet engouement pour le chauffage au bois s’explique par plusieurs facteurs que nous synthétisons ici.

  • Amélioration de la performance  des appareils de chauffage

L’apparition d’appareils de chauffage plus efficaces a contribué au développement du chauffage dans les maisons individuelles. Depuis 2000, notamment via le label Flamme Verte, les professionnels de la filière du chauffage au bois se sont engagés à fournir des appareils de chauffage avec de meilleurs rendements et de faibles émissions de polluants (CO et particules).

Ainsi le rendement des appareils de chauffage au bois est passé de près de 50% à plus de 70% de rendement voire 85% en quelques années.

Quant aux émissions de monoxyde de carbone, elles ont été divisées par 8 sur les meilleurs appareils.
Les émissions de particules moyennes ont été divisées par 10 (entre un foyer fermé antérieur à 2000 et un appareil Flamme Verte 5 étoiles.

Reste a faire en sorte de renouveler le parc des appareils installés. 30% sont récents mais 50% ont plus de 10 ans et ils représentent un marché potentiel de 3,3 millions d’appareils à changer.


  • Utilisation de combustibles secs et de meilleure qualité

Pour le chauffage domestique, le bois bûche reste le leader des combustibles  avec 92% des foyers. Ces dernières années, le granulé de bois a connu une forte progression et il englobe désormais près de  5 % du parc des appareils (220 000 appareils) et environ 530 000 tonnes consommées en 2012.
Malgré ce développement, la ressource en combustibles bois reste encore disponible et les volumes consommés n’ont pas véritablement augmenté. Depuis 1999, le volume de bûche consommé stagne, la consommation moyenne en stères évoluant de 8,6 à 7,5 stères par ménage.

Cette diminution de la consommation moyenne par foyer s’explique par une meilleure isolation des logements, et par l’augmentation du rendement des appareils utilisés.

Par ailleurs  une attention particulière a été portée sur la qualité des combustibles. Des chartes, des labels, voire même des marques de qualité, se sont développés et ce travail de fond doit perdurer combien même le marché « gris » freine ses efforts.

  • Confort et environnement

Au cours des dernières années, la prise de conscience du changement climatique et de la menace qu’il représente se fait de plus en plus sentir. Les consommateurs commencent à intégrer la nécessité d’un comportement énergétiquement vertueux. Le chauffage au bois, naturel par définition, a su aussi tirer profit de cette prise de conscience.

Il est reconnu pour être naturel, confortable et doux (chaleur rayonnante et conviviale). D’après les résultats de l’enquête de l’ADEME, 63% des utilisateurs avouent avoir choisit le chauffage au bois parce qu’il fournit une chaleur agréable et 40% par ce qu’il est écologique.

  • Hausse préoccupante des coûts de l’énergie

Le chauffage au bois est aussi un mode de chauffage peu onéreux. Même s’il est utilisé la plupart du temps comme complément d’une autre source d’énergie, il reste très compétitif vis-à-vis des autres sources d’énergie.

C’est donc tout naturellement que le chauffage au bois a attiré de plus en plus de ménages de toutes catégories socioprofessionnelles.  52% des utilisateurs interrogés ont choisi le chauffage au bois pour des raisons économiques. Aujourd’hui, les utilisateurs du chauffage au bois sont des ménages plutôt âgés (une majorité a plus de 50 ans), résidant en zone rurale ou périurbaine. 78% sont propriétaires de leur logement. Les profils socio-démographiques varient en fonction des usages : en chauffage principal, il s’agit plutôt de familles jeunes aux revenus modestes vivant en milieu rural tandis que le chauffage plaisir séduit davantage les urbains, en majorité retraités, aux revenus élevés.

Toutefois, les utilisateurs s’étant équipés d’appareils de chauffage depuis 2007 sont plutôt jeunes, issus de la classe moyenne et utilisent davantage le bois en énergie principale pour faire des économies.

  • Conclusions

Plusieurs facteurs ont donc contribué à placer plus souvent le bois comme source d’énergie au sein des maisons individuelles : l’apparition d’appareils de chauffage plus efficaces, la compatibilité des appareils avec la performance énergétique des logements et l’augmentation du prix des énergies.

Les incitations fiscales de ces dix dernières années ont aussi largement contribué à booster les ventes d’appareils de chauffage au bois. Les professionnels de la filière et les pouvoirs publics doivent poursuivre le travail de pédagogie engagé sur les bonnes pratiques en matière d’utilisation d’équipements performants de chauffage au bois et de choix de combustibles de qualité.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.