Perception du confort thermique de notre habitat


Le confort thermique de l’habitat et la maîtrise des consommations d’énergie permettent aujourd’hui de faire des économies considérables sur la facture de chauffage. Les français sont de plus en plus conscients des enjeux liés à l’efficacité énergétique de leur logement et recherchent des solutions performantes.

Dans le cadre de son « Observatoire du confort dans l’habitat », l’association Promotelec a récemment dévoilé les résultats du baromètre annuel sur la perception des consommateurs du confort dans leur habitat. Cette enquête en 50 questions a été réalisée par le Credoc en juillet 2013 auprès de 1095 ménages représentatifs des ménages propriétaires et occupants. L’étude portait sur leurs attentes, leurs besoins, leurs comportements et leurs ressentis en matière de confort dans leur habitat (maisons individuelles ou appartements).

  • Un niveau de confort satisfaisant

L’amélioration du confort passe principalement par l’accroissement du niveau des équipements, et par l’amélioration de l’efficacité des systèmes (chauffage, sécurité…).
Selon l’enquête, 62% des propriétaires ont déclaré être très satisfaits de leur niveau de confort alors que 38% d’entre eux aimeraient l’améliorer. Les propriétaires des maisons récentes BBC sont les plus satisfaits de leur niveau de confort. Les solutions d’automatisation qui assurent une sécurité thermique telles que la régulation du chauffage, sont jugées importantes par 39% des propriétaires.

  • Réduire les consommations d’énergie au détriment d’un investissement matériel

Les propriétaires se déclarent d’accord à 69% pour d’abord baisser leurs consommations d’énergie en priorité, quitte à renoncer modérément à une partie de leur confort, par exemple en se chauffant moins.
Ce n’est qu’ensuite qu’ils pensent à réaliser des investissements plus lourds comme installer un système de chauffage plus performant. Seuls 33% des propriétaires ont l’intention d’investir pour améliorer leur confort. Les propriétaires qui souhaitent améliorer leur confort envisagent deux solutions : adapter leur logement actuel (18% d’entre eux) ou bien déménager (21%).
La rénovation de l’habitat ancien, à médiocre efficacité thermique (56 % des propriétaires sont dans un habitat d’avant 1975) s’impose plus que jamais. Pour l’heure elle ne conduit qu’à des améliorations partielles (isolation, système de chauffage), et très rarement aux solutions intégrées développées dans la construction neuve.

  • Adapter les logements en tenant compte du cycle de vie

Même si ce sont les jeunes actifs qui sont les plus mobilisés à l’amélioration de leurs conditions de logement, l’adaptation du logement est une préoccupation qui commence avec l’arrivée des enfants et peut se prolonger par la prise en charge de personnes âgées.
39% des propriétaires ayant des enfants jugent la régulation du chauffage importante pour les enfants et pour les personnes âgées. L’anticipation d’un habitat du futur qui serait plus automatisé qu’aujourd’hui est partagée par une moitié des propriétaires, notamment les jeunes ménages, et ceux qui habitent des grandes maisons récentes.

  • Conclusion

Les français qui accèdent à la propriété souhaitent incorporer dans leur logement des solutions techniques, qui assurent l’efficacité thermique, la sécurité, et l’économie de la consommation d’énergie. La priorité est donnée aux changements d’habitudes « éco-gestes » qui sont simples et efficaces pour réduire leur consommation d’énergie. Aujourd’hui, l’amélioration du confort thermique pour mieux maîtriser les consommations d’énergie nécessite un investissement élevé mais la donne pourrait changer rapidement dans ce domaine notamment en raison des nombreuses mesures gouvernementales annoncées depuis la réalisation de cette étude.

Voir par exemple les aides publiques liées à l‘éco-rénovation ou l’initiative originale du CompteEpargneCO2.Com.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.